Contre la pensée unique

Portrait de l’œuvre du linguiste français Claude Hagège

le 7 juin 2019 à 20h

Passa Porta
Rue Antoine Dansaert, 46 - 1000 Bruxelles

L’œuvre de Claude Hagège, cet homme de paroles, nous invite à accomplir avec lui un itinéraire de pensée dans les langues et à travers elles. Et l’écouter, c’est commencer à comprendre qu’il ne s’agit pas que de mots. Entretien avec Jean-Claude Crespy, directeur de l’Alliance Française Bruxelles-Europe.


Il y a plus de vingt ans maintenant, les Français ont découvert un soir, lors de la célèbre émission Apostrophes animée par Bernard Pivot, un Professeur au Collège de France qui les a séduits et envoûtés. L’homme manie une langue parfaite, mais fluide et passionnée, chaque mot y est affûté comme une lame, et les phrases qui les portent et les nouent entre eux avec une rigueur exemplaire, sont cependant ouvertes à notre monde, et cherchent à déchiffrer en lui l’esquisse de notre avenir.

Une vie entière consacrée à l’étude des langues

Ce Professeur, que Bernard Pivot écoute fasciné, n’était autre que Claude Hagège, et cette émission, où il était venu présenter son livre L'Homme de paroles : contribution linguistique aux sciences humaines, paru chez Fayard en 1996, marqua son entrée éblouissante dans le cœur des francophones. Pourtant, ce Professeur est un grand savant, qui a consacré sa vie à l’étude des langues (il en parle plus d’une cinquantaine, et continue chaque année à en découvrir une autre, pour ne pas perdre la main, ou tout simplement, assouvir sa passion insatiable…), et ses publications avaient jusqu’à présent pour titre La Langue mbum de Nganha (Cameroun) : phonologie, grammaire, ou encore Le Problème linguistique des prépositions et la solution chinoise ! Pas de quoi faire un best-seller ? La suite a prouvé que non…

Un pourfendeur impitoyable du monolinguisme contemporain

Car Claude Hagège n’est pas seulement un linguiste au savoir inépuisable, c’est avant tout un amoureux des langues qui voudrait les embrasser toutes pour mieux connaître à travers elles, l’humanité à la fois unique et multiforme qu’elles acheminent à la parole. Et c’est à ce point d’intersection que le savant rejoint le militant du multilinguisme : car la défense de toutes les langues, l’affirmation de la dignité de chacune et de leur égale capacité à dire et penser le monde, a fait de Claude Hagège un pourfendeur impitoyable du monolinguisme contemporain, synonyme du triomphe de la pensée unique ! En 2000, il fait paraître Halte à la mort des langues, et en 2012 Contre la pensée unique, aux Éditions Odile Jacob.

Son dernier livre, Les religions, la parole, la violence, est paru en 2017

Pourtant depuis Babel, les humains ne se parlent pas toujours entre eux pour se confier leur amour réciproque ! On se maudit et s’entretue aussi en toutes les langues ! Quel est donc l’étrange pacte qui existe entre la langue des religions et la violence, quelle est cette force terrible qui se revêt de sacré pour éteindre leur « bruissement », comme le disait en 1984 Roland Barthes, « bruissement » qui dénote, disait-il, « un bruit limite, un bruit impossible, le bruit de ce qui, fonctionnant à la perfection, n’a pas de bruit. » Dans son dernier livre, Les religions, la parole, la violence, paru chez Odile Jacob en 2017, Claude Hagège s’intéresse lui à tous ces éclats de voix qui viennent réduire au silence le merveilleux bruissement de toutes les langues…




Entrée payante

Prévente : 8/6 euros
Sur place : 10/8 euros

Le 7 juin 2019 à 20h

Passa Porta

Rue Antoine Dansaert, 46 - 1000 Bruxelles

s'inscrire